All material on this site is (c) copyright to the respective authors.  ISSN - 1481-3440 

 


 

La Grande Maladie. Le Sens du Trouble et de l'Alliance
entre Institution Occidentale, Afrique mandingue, Lèpre
et Modernité
Anne Bargès
THIS TEXT INCLUDES BELOW: Additional Information, résumé, abstract
Ph D - Thèse d'Anthropologie sociale et culturelle
INSTITUTION :University of Aix-Marseille
ADVISOR - DIRECTEUR Pr J.Benoist
DATE :
CODE UNIVERSITE
(ed):
1997
2 tomes, 689 p, annexes 67 p
0294-1767, 0744.24585/97
ABES-TELETHESE : 3615 SUNK*THE
MOTS-CLES :
Anthropologie de la Maladie, Changement social, Processus identitaire, Lépreux, Relation
soignant-soigné, Itinéraire thérapeutique, Institution française, Afrique de l'Ouest, Histoire de la lèpre,
Médecine traditionnelle, Mandingue
KEY WORDS :
Anthropology, French Colonial History, Illness, Leprosy, Identity process, West-Africa, Occidental
Institution, Urban Environment, Traditionnal Healers, Segregation, Social Change.
PLUS D'INFO - MORE INFORM° :
Ce travail de thèse a débuté en 1990, il repose :-sur deux années de terrain ethnologique au Mali
(1990-1992) -sur une ethnographie de Bamako et de Djikoroni,
-sur des entretiens très détaillés recueillis en bambara auprès de plus de 150 personnes (malades,
non-malades, médecins, infirmiers, guérisseurs, religieux) à Bamako, dans la région du Manden et vers
Ségou, -sur un travail d'analyse de contenu de textes en bambara et en français, -et leur mise en système
avec les notes de terrain, des données historiques inédites (archives du Mali, du Sénégal, archives
d'outre-mer françaises, missionnaires), géographiques (cartes anciennes de Bamako), démographiques et
sanitaires
-sur une cartographie diachronique et synchronique de Bamako Est
-sur une lexicographie des terminologies et nosologies locales concernant la lèpre (dénominations,
signes, causes) et le "lépreux"
-sur une lexicographie des pharmacopées antilépreuses
Depuis 1993, cette recherche a donné lieu à plusieurs rapports et publications.
RESUME :
Ce travail montre que la maladie vue sous sa dimension sociale est un lieu de recouvrement pour
l'anthropologie, la sociologie et l'histoire, mais aussi la linguistique et la philosophie. Elle amène des
questionnements concernant l'être et la manière dont les cultures africaines et occidentales
-et, plus largement, les situations interculturelles- peuvent penser l'identité et l'altérité et en concevoir la
jonction. Elle sert aussi à une démarche appliquée en permettant de mieux adapter prévention et actes de
soins au contexte et aux valeurs en place. Ainsi, la lèpre est exemplaire et engage des réflexions sur
d'autres maladies chroniques et/ou graves, elle est "la" maladie et méta-maladie. Ancré en Afrique de
l'Ouest, dans des symbolismes essentiels et dans des réalités sociales modernes, ce travail réflechit sur les
fondements et les actions de l'Occident via ses formes les plus instituées : la structure de soins
biomédicaux, la religion (la mission catholique) et les organismes charitables. Le système de pensée et de
pouvoir français, hiérarchisé et pyramidal, se montre rigide et défaillant quand il est confronté à
l'événement grave, au cheminement individuel associés à des changements socioculturels modernes.
-La 1ère partie socio-historique s'appuie sur l'histoire détaillée de Bamako (Mali) et du quartier lépreux
Djikoroni
-entre ville et brousse- replacée dans le cadre plus large de l'histoire ouest-africaine, coloniale et
post-coloniale, de la politique sanitaire et antilépreuse (archives et cartes inédites). Dans cet univers
urbain africain, ce travail met en évidence la manière dont pouvoirs/savoirs, officieux/officiels, gèrent le
handicap et toute personne en position liminale. Il montre comment, grâce à un contexte colonial et
urbain, la politique de ségrégation a généré un sentiment identitaire collectif, une microsociété avec son
organisation sociale propre voire même une culture lépreuse.
-La 2ème partie anthropologique analyse en premier les représentations de la maladie dans la société
globale et dans la communauté des malades (symboles, signes, sens, mots et
expériences du malade, causes, pharmacopée).
Lepre au Mali leprosy

Page 3
->Sont mises en évidence : des valeurs de contact (de transmission), des représentations de la personne et
de ses frontières différentes de celles occidentales. La notion de "trouble", de "collant", NÒGÒ, à la
valeur médiatrice ou contagieuse, s'avère fondamentale.
-> Elle signe : l'idée de maladie en général et son summum représenté par "la grande maladie" BANABA
dite lèpre (on la retrouve dans les représentations du Sida); les moyens de la soigner ; le malade
chronique soumis à l'itinéraire et ses fonctions sociales révélées.
->La fin de cette partie discute le vécu du malade (stigmatisation éventuelle, choix et itinéraire
thérapeutique, cheminement identitaire, fonctions sociales et populaires) : seul, il signifie la séparation,
l'altérité mais aussi l'initiation ; en groupe, l'alliance, l'identité mais aussi la ségrégation et la minorité.
->L'identité lépreuse semble ancienne et insérée dans la mémoire de la société ouest-africaine sous la
forme du personnage du KUNATÒ. L'identité générée par la ségrégation occidentale est d'ordre
collective, communautaire, minoritaire. Mais dans le contexte moderne actuel de la grande ville
africaine, la minorité territoriale de Djikoroni évolue vers le réseau urbain . Dépassant la description
locale et africaine, l'approche anthropologique fait émerger une cohérence :
->le lépreux, le malade chronique grave est un "homme rouge et chaud" comme le forgeron ou le
chasseur ; il est un passeur, séparé dans la société, un homme "à valeur féminine", puissant et dynamique,
un "non-être" consubstantiel de l'équilibre social.
->Dans les derniers chapitres, en passant par les fondements judaïques, nous revenons vers les
représentations occidentales du "lépreux" : l'Occident l'a aussi vu comme un homme rouge (rejoint les
désignations anciennes de l'hypocrite, du cagot, de l'hérétique, du juif, du rouquin...), comme un signe
d'altération, de régression ou d'insubordination, condamné et à éliminer, mais indispensable car innovant
tout en légitimant l'ordre en place.
ABSTRACT :
This work demonstrates that illness in its social dimension, is a subject in which anthropology, sociology,
history and philosophy, as welle as linguistics and geography can meet. It leads to questions concerning
the "being", and the way in which African and Western cultures can think identity, alterity and their
junction. Of this leprosy is a perfect example and leads to thought on other serious/chronic diseases : it is
"the" illness and a "meta-illness". This study, rooted in West-Africa, in the essential symbolisms and
modern social reality, leads us to analyse the foundations/actions of the West throught its most system
instittutionalised forms : biomedicine, religion / catholic mission and charitable organisations. The
French system of thought and power, hierarchical and pyramidal, is rigid and fails to achieve its goal.The
first part concerns the detailed history of Bamako (mali) and the leper quarter of Djikoroni, between bush
and urbanity, and to that of West African history sanitary and anti-leprosy policies (unpublished archives
and maps). It shows the way in which power and knowledge, official / non official, manage the handicap
and all the persons in liminal position.
The second part analyses the representations of the disease (meaning, symbols, signs, words and
experiences of the diseased, etiologies and pharmacopoeia), the way the sick experience their illness
(possible stigmatisation, therapeutic itineraries, processes of identification, social and popular functions).
Alone, it signifies separation, alterity ; in group, alliance, identity and minority. A coherence emerges to
signify that the leprosy sufferer, a "red-man" like the blacksmith or the hunter, is "separated in" the
society, a "passeur", a non-being, but nethertheless powerful because consubstancial to social equilibrum.
Lepre au Mali leprosy
http://wings.buffalo.edu/anthropology/anthroglobe/research/leprose.htm (3 of 4) [2/19/2001 2:08:36 PM]

Page 4
The West has also seen it as a red man (cagot, heretic, Jew and red haired...), sign of aletration,
condemned/to be eliminated, but indispensable because he legitimates the current order in place.
©A.Bargès, Montpellier, France, mise à jour janvier 1998
-----------------------------Adresse----------------------------------
Anne Bargès Ph.D., M.D.
Recherche - Etudes en Sciences Humaines & Santé
23, rue Thérèse 34090 Montpellier
Fax : 04 67 72 55 22
Portable : 06 81 15 38 30
Email : abarges@mnet.fr
Présentation : http://www.mnet.fr/abarges/
Lepre au Mali leprosy
http://wings.buffalo.edu/anthropology/anthroglobe/research/leprose.htm (4 of 4) [2/19/2001 2:08:36 PM]